Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/03/2012

Mulot sylvestre

Ce matin, au lever du jour, cela bouge un peu sur la terrasse.

 

IMG_12678-rec-cadre3.jpg

Une petite boule de poil se déplace avec célérité entre la mangeoire des oiseaux et un trou dans le mur de la maison.

 

Ce petit rongeur aime les nids douillet !

 

IMG_12680-rec-cadre3.jpg

 

 

IMG_12681-rec-cadre3.jpg

Le mulot sylvestre (Apodemus sylvaticus) a de gros yeux, de grandes oreilles sensibles et une longue queue. Le pelage est de couleur sable dessus et blanc dessous.

 

Agile, il grimpe dans les arbres et les buissons pour se nourrir d'insectes, de fleurs et de fruits.

 

Ils sont habituellement des animaux nocturnes et on les aperçoit rarement à la lumière du jour.

 

Ce sont des animaux très vifs qui ne restent jamais longtemps immobiles. Quand ils sont alarmés, ils bondissent comme de minuscules kangourous. Capable de faire des bonds à près de 1 mètre de hauteur, ils paraissent montés sur des ressorts !

 

Leurs prédateurs : les chouettes, les renards et ... les chats. Et aussi les poissons utilisés en agriculture intensive.

 

Etant des rongeurs, les mulots se nourrissent d'une grande quantité de matières végétales, dont des graines et des plantes herbacées. Plus étonnant est le fait qu'ils mangent aussi beaucoup d'insectes, des chenilles et autres aliments carnés dont des vers et de petits mollusques. En automne, ils sont friands de baies, notamment de mûres et autres fruits. Ils ne dédaignent pas non plus les glands, les noisettes, les faines et les semences d'autres arbres souvent stockés pour être consommé plus tard.

 

Comme les écureuils, ils utilisent leurs pattes antérieures pour manipuler la nourriture.


 

IMG_12675-rec-cadre3.jpg


26/03/2012

Coccinelle à 7 points

Tout doucement le photographe retrouve son domaine sortant lentement d'une hibernation plutôt rude avec des températures en dessous de -10 degrés pendant plus d'une dizaine de jours.

 

Le jardin se réveille donc sous le bruit des oiseaux bien matinaux. La journée est moins bruyante car ils sont occupés à la confection de leur nid. Un seul perturbateur, le vol lourd et bruyant d'un bourdon bien gras !

 

La « bête à bon dieu » est elle-aussi toute affairée. On la découvre de ci de là, par exemple occupée à brouter le lichen qui recouvre le tronc de l'érable du Japon.

 

Vous l'avez reconnue ! C'est la coccinelle à sept points (Coccinella septempunctata) souvent présentée dans ce blog.

 

IMG_12543-rec-cadre3.jpg

IMG_12545-rec-cadre3.jpg

 

IMG_12533-rec-cadre3.jpg

 

 

C'est une « vraie » qui peut contrer le péril jaune !

 

La Coccinelle à sept points est une espèce de coccinelle paléarctique, courante en Europe. Surnommée « bête à bon Dieu1 » depuis le Moyen Âge, elle est perçue comme un porte-bonheur et a souvent des surnoms à connotation religieuse : « poulette de la Madone » en Italie, « scarabée de Marie » ou « petit Veau du Seigneur » en Allemagne (Marienkaefer ou Himmelskuchlichen), « bestiole ou oiseau de la Vierge » en Grande Bretagne (ladybug ou ladybird).

 

 

Pour compléter :

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Coccinella_septempunctata

 

http://papylou.skynetblogs.be/archive/2009/11/14/coccinelle-a-7-points.html

 

 

 

 

21/03/2012

Tourterelles au printemps

Le printemps « officiel » est là.

 

Finis le temps des câlins !

 

IMG_12417-rec-cadre3.jpg

Il faut s'occuper de la construction du nid douillet.

 

Cela demande un peu de gymnastique et un peu d’équilibre pour couper une brindille de cette clématite encore toute refermée sur elle-même.

 

IMG_12421-rec-cadre3.jpg

 

IMG_12422-rec-cadre3.jpg



La tourterelle niche souvent sur une branche basse d’un conifère ou dans une haie de thuyas et il n’est pas rare de la voir installer son nid dans une boîte à fleur ou autre « plate-forme » avec végétation installée près des habitations.

 

Pour compléter :

 

http://bernard.aminot.pagesperso-orange.fr/annee_au_jardin/faune_du_jardin/nid%20tourterelles.htm

 

15/03/2012

Ptérophore

 

Un papillon surprenant !

 

IMG_12392-bis-cadre3.jpg

 

Les ailes au repos sont perpendiculaires au corps.

 

 

 

Je l'ai délogé cet après-midi et il s'est posé sur un rameau du piment royal qui borde notre mare.

 

 

 

C'est un ptérophore.

 

 

 

Je n'ai pas d'identification plus précise.

 

IMG_12408-rec-cadre3.jpg

 

IMG_12407-rec-cadre3.jpg

 

Pour compléter :

 

 

 

 

 

http://aramel.free.fr/INSECTES13bis-2.shtml

 

 

 

http://www.vertdeterre.com/nature/animal/insecte-pt%E9rophore+commun.htm

 

 

 

http://www.vertdeterre.com/nature/animal/insecte-pt%E9rophore+blanc.htm

 

 

 

http://phot-aube-visions.over-blog.com/article-pterophore-blanc-81435093.html

 

 

 

http://www.peuple-herbe.fr/papillons/

 

 

 

 

 

12/03/2012

Poule faisane

Cette poule faisane (Phasanius colchicus L.) a fait sa première apparition dans la jardin le 21 décembre 2011.

 

Depuis elle fréquente assidument la mangeoire des oiseaux, même si elle disparaît parfois pour quelques jours.

 

Ces photos datent du 11 mars 2012.

 

IMG_12353-bis-cadre3.jpg

 

IMG_12358-bis-cadre3.jpg

IMG_12371-bis-cadre3.jpg

IMG_12379-bis-cadre3.jpg

IMG_12382-rec-cadre3.jpg

11/03/2012

Elle et moi ......

IMG_12327-bis-cadre3.jpg

 

La tourterelle turque (Streptopelia decaocto )est devenue célèbre grâce à son expansion extraordinaire. En quelques décennies, sa progression s'est étendue de la péninsule des Balkans jusqu'au nord et à l'ouest du continent, et elle se poursuit encore. Nous ne saurons peut-être jamais pourquoi....

 

Contrairement à sa parente des bois (Str. turtur), la tourterelle turque se plaît aux abords des maisons et des fermes ; elle habite les jardins, les parcs, les avenues des villes ; elle se mêle à la volaille et aux moineaux pour picorer leur nourriture, et elle demeure là toute l'année, hiver comme été.

 

Son chant de trois syllabes, privé de tout roulement, cou-coûh,cou .....la caractérise aisément (accent sur la seconde syllabe) , de même que sa teinte gris brunâtre uniforme, son demi-collier noir et blanc et sa longue queue que termine une large bande blanche.

 

Il est vrai qu'elle ressemble beaucoup à la tourterelle rieuse (Str. risoria) des volières, dont la voix est pourtant différente (accent sur la première syllabe).

 

Comme elle se reproduit jusqu'à cinq fois par an, il est probable qu'elle va conquérir de nouveaux territoires.

 

En admirant ses gracieuses envolées nuptiales, nous penserons alors au charme des jardins d'Orient .....

 

Néerlandais : Turkse tortel

 

Anglais : Collared Dove

 

Remarque : Le chant du pigeon ramier comporte cinq syllabes.

 

2012_03_09-cadre3.jpg

10/03/2012

Portrait

IMG_12292-rec-cadre3.jpg